Portrait #2 – Ammar, Denmark Real

Ammar

-English below-

J’ai rencontré Ammar Ahmad à la bibliothèque d’Horsens, lors d’un évènement sur « comment s’adapter à la société danoise ». J’avais déjà en tête de l’interviewer pour partager son histoire sur mon blog – qui n’existait pas encore – quand j’ai compris qu’il était aussi l’auteur des podcasts vidéos Denmark Real. J’ai eu la chance de rencontrer une personne ouverte aux autres, très généreuse et avec une énergie multiple l’amenant à mener plusieurs projets de front.

Pour notre interview, je me suis rendue à son salon de coiffure Crew Cut, où il exerce en tant que barbier avec son frère. Le salon est très cozy et, Ammar étant très prévenant, a su me mettre à l’aise.

Son histoire est liée à la guerre en Irak, puisque c’est pour y échapper qu’il est arrivé au Danemark en 2004 à l’âge de 11 ans et ½. Il y a rejoint son père qui y était arrivé en 2001 et qui a vécu plusieurs mois dans un camp dans l’attente de ses papiers.

En arrivant avec sa mère, son grand-frère et ses sœurs, il ne comprenait ni le danois, ni l’anglais et c’était terrible de ne pas se sentir intégré. Il a dû apprendre comment les danois pensent, comment ils fonctionnent, comment ils jouent au basket et surtout apprendre leur langue. Un peu comme moi actuellement (sauf pour le basket).

Pendant plusieurs années il n’arrivait pas à se focaliser sur un projet, dérivant par ci, par là (je me sens visée…) et il a choisi le métier de barbier car il n’avait pas envie d’étudier. Mais avec le temps, ça s’est avéré insuffisant. Il voulait plus, il voulait que son cerveau fonctionne plus.

Il a écouté des audio guides datant des années 50, crées par le doyen du développement personnel, Earl Nightingale. Dans cette vidéo The Strangest Secret, vous pouvez l’entendre avec sa voix puissante « We become what we think we are ».

J’ai aussi trouvé une vidéo en français qui récapitule ses idées.

Du développement personnel pur et dur, abordant les sujets de développement du caractère, de la motivation et de l’existence significative.

Les audio book d’Earl ont motivé Ammar à trouver un but, à trouver ce qu’il voulait faire. Et ça se concrétise par la création de Denmark Real. Grâce à ses podcasts vidéos, il souhaite diffuser de superbes histoires de personnes inspirantes, dans un but de croissance personnelle et commerciale.

Il rencontre des personnes et des personnalités différentes, par exemple voici une vidéo en anglais d’un prêtre graphique designer qui raconte sa philosophie de vie. Et pour ceux qui veulent se tenter au danois, ou en tout cas écouter des sons incompréhensibles, voici une vidéo de deux femmes clowns auprès d’un public malade.

Jaime bien cette vidéo de Martin Boye Pedersen, architecte de construction, chef de projet et batteur du groupe de rock Lummer Stue. Si vous voulez écouter du rock en danois.

Les podcasts sont sur Spotify, les vidéos sont sur YouTube et son Facebook est ici. Le but de ce travail étant par la suite d’en vivre, de trouver son audience, une audience prête à investir dans des cours de langues, et/ou des cours de podcasts. Je lui souhaite une belle réussite. Parce qu’Ammar n’est pas motivé par un succès individuel. Il est aussi généreux et inspiré par la gentillesse. Il a notamment créée avec des amis l’association One Unit avec comme objectif de renforcer le lien entre les jeunes d’Horsens et l’environnement des entreprises (visite du port, bénévolat pour un festival…). Ils ont d’ailleurs reçu le prix des leaders bénévoles de l’année !

Aussi, il permet à des sans-abris de venir se faire couper les cheveux gratuitement à Crew Cut. Il est passé à la télévision avec un bénéficiaire de cette proposition qui racontait la difficulté d’être dans la rue sans un regard agréable des passants. Et, même sans comprendre le danois, j’ai trouvé cela très touchant.

Vous l’avez compris, je suis devenu fan d’Ammar, de ce qu’il fait pour la société, et de ce qu’il fait pour lui, pour être comblé.

Nous avons aussi parlé du Danemark, du point de vue d’un irakien vivant ici depuis 17 ans. Ce qu’il apprécie de ce pays est sa sûreté, son système de santé, et le fait qu’il est possible de compter sur le gouvernement. Aussi, même sans argent il est possible d’y étudier et d’avoir des opportunités pour construire sa vie. Ce qui est moins plaisant est que les danois sont assez distants quand ils ne connaissent pas les personnes, ils aiment garder leur intimité et que les autres leur ressemblent.  

Un grand merci à Ammar d’avoir partagé son histoire. Je termine par une phrase qui, j’en suis sûre, lui plaira : « Le monde tel que nous l’avons créé est un processus de notre réflexion. Il ne peut pas être changé sans changer notre façon de penser. »

Ammar - Denmark Real
Ammar – Denmark Real

I met Ammar Ahmad at the Horsens Library, during an event on « How to Adjust to Danish Society ». I was already thinking of interviewing him to share his story on my blog – which didn’t exist yet – when I realized he was also the author of the Denmark Real video podcasts. I had the chance to meet a person who was open to others, very generous and with multiple energy leading him to lead several projects at the same time.
For our interview, I went to his Crew Cut barber shop, where he works as a barber with his brother. The living room is very cozy and, Ammar being very considerate, knew how to put me at ease.
His story is linked to the war in Iraq, as it was to escape it that he arrived in Denmark in 2004 at the age of 11½. He joined his father there, who arrived in 2001 and lived in a camp for several months while awaiting his papers.
When he arrived with his mother, his big brother and his sisters, he could not understand Danish or English and it was terrible not to feel included. He had to learn how the Danes think, how they work, how they play basketball and especially learn their language. A bit like me now (except for basketball).
For several years he couldn’t focus on a project, drifting here and there (I feel targeted…) and he chose the barber trade because he didn’t want to study. But over time, that proved to be insufficient. He wanted more, he wanted his brain to work more.
He listened to audio guides from the 1950s created by the dean of personal development, Earl Nightingale. In this video The Strangest Secret, you can hear him with his powerful voice « We become what we think we are ».
I also found a video in French that recaps his ideas.
Pure and hard personal development, addressing the topics of character development, motivation and meaningful existence.
Earl’s audio books motivated Ammar to find a goal, to find what he wanted to do. And this materializes with the creation of Denmark Real. Through his video podcasts, he wants to broadcast great stories of inspiring people, for personal and business growth.

He meets different people and personalities, for example here is a video in English of a graphic designer priest who tells his philosophy of life. And for those who want to try Danish, or at least listen to incomprehensible sounds, here is a video of two female clowns with a sick audience.
I like this video of Martin Boye Pedersen, construction architect, project manager and drummer for rock band Lummer Stue. If you want to listen to rock in Danish.

Podcasts are on Spotify, videos are on YouTube and her Facebook is here. The goal of this work then being to make a living from it, to find its audience, an audience ready to invest in language courses, and / or podcast courses. I wish him great success. Because Ammar is not driven by individual success. He is also generous and inspired by kindness. In particular, with friends, he created the One Unit association with the aim of strengthening the link between young Horsens and the business environment (visiting the port, volunteering for a festival, etc.). They also received the Volunteer Leader of the Year award!
Also, it allows homeless people to come and have their hair cut for free at Crew Cut. He appeared on television with a beneficiary of this proposal, who told of the difficulty of being in the street without a pleasant glance from passers-by. And, even without understanding Danish, I found it very touching.
You get it, I’ve become a fan of Ammar, of what he does for society, and what he does for him, to be fulfilled.
We also talked about Denmark, from the perspective of an Iraqi living here for 17 years. What he appreciates about this country is its safety, its health care system, and the fact that it is possible to rely on the government. So even without money it is possible to study there and have opportunities to build your life. What is less pleasant is that Danes are quite distant when they do not know people, they like to keep their privacy and that others are like them.
Many thanks to Ammar for sharing his story. I end with a sentence that I am sure he will like: “The world as we have created it is a process of our reflection. It cannot be changed without changing the way we think. « 

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *