Portrait #10 – Anastasia, étudiante bulgare

Anastasia

J’ai rencontré Anastasia à l’université d’Horsens, la VIA université qui compte de nombreux étudiants étrangers. Elle vient de Bulgarie, de la ville d’Assénovgrad qui à l’air magnifique quand on voyage à travers les images de Google.

A 21 ans, elle étudie le « software engineering » depuis 3 ans au Danemark, à Horsens et sur le campus d’Aarhus. Depuis ses 14 ans, la Scandinavie est dans sa tête. Moi à 14 ans, j’étais entre Harry Potter et Twilight.

Du fait de son attirance pour la Scandinavie, elle a payé une agence de conseil post-bac qui l’a aiguillé vers la VIA université à Horsens. Ce qu’elle préfère, ce sont les choses ennuyeuses comme trier, analyser et modéliser les données du big data. Je sais, nous sommes en 2020 et ce sont des métiers d’avenir, comme me le rappellent 75% des offres d’emplois, mais j’ai dû taper data scientist dans Google pour vraiment comprendre de quoi il s’agissait. Si vous aussi vous êtes nulle en technologie cliquez ici pour mieux comprendre.

 Elle est aussi membre de l’AIESEC, dont je parle à la fin de l’article.

Quand elle évoque la Bulgarie, elle me dit qu’elle n’aime pas son pays pour la corruption qui s’y trouve, que les gens y sont avides et grincheux.

Par contre, elle échangerait bien la nourriture danoise par celle de son pays d’origine, épicée et avec plus de légumes, plutôt que les éternelles pommes de terre « kartofler » servies tous les jours. Effectivement j’ai la chanson « lundi des patates, mardi des patates, mercredi, des patates aussi » en tête. Elle utilise d’ailleurs Too Good To Go, l’application anti-gaspi créée par une française… au Danemark ! Qui propose les invendus de boulangeries, restaurants, supermarchés… Pour en savoir plus sur Too Good to Go, voici un article très intéressant publié dans Le Petit Journal Copenhague.

Les 3 choses qu’elle apprécie le plus au Danemark :

  • La manière dont le gouvernement prend soin de ses citoyens. Ce n’est pas la première fois que j’entends ce discours et cela fait relativiser. Nous avons vraiment des œillères quand on est français !
  • La culture internationale et l’ouverture d’esprit du pays contrairement à la Bulgarie. Elle me dit avoir réaliser tellement de choses ici, sur la vie, sur le monde en général, la géopolitique… dont elle n’avait pas conscience.
  • Les personnes sont sympathiques et s’entraident.

Les 3 choses qu’elle aime le moins au Danemark :

  • La météo. La pluie et l’humidité qui la plongent dans une morosité ambiante.
  • La nourriture.
  • Le racisme. D’un côté les danois peuvent être ouverts d’esprit, mais d’un autre côté, ils peuvent te regarder avec un regard lourd de sens « Que fais-tu dans mon pays » ? On lui a déjà fait la remarque qu’elle paraissait bien blanche pour une bulgare.

Les 3 endroits qu’elle préfère à Horsens :

  • La plage de Langelinie. J’en parle ici.
  • Le parc Bygholm juste derrière la gare. J’en parle ici.
  • La Prison, FÆNGSLET. Qui accueille un musée et l’office de tourisme. En plus du lieu qui est atypique et du jardin, la programmation a l’air super. On peut même dormir dans une cellule.

Elle est aussi très investie dans l’organisme AIESEC.

Je n’en avais jamais entendu parlé, mais c’est un important réseau permettant à des jeunes de faire des stages et du bénévolat à l’étranger ou localement. C’est une ONG présente dans plus de 120 pays totalement dirigée par des jeunes. L’idée est le développement du leadership, en offrant la possibilité « d’être des citoyens du monde, de changer le monde et d’acquérir une expérience et des compétences qui comptent aujourd’hui ». Cette vidéo illustre le concept.

On peut soit en bénéficier, soit en être membre pour soutenir les jeunes cherchant des projets, ou recruter des entreprises partenaires. Ana y est Vice-présidente du B to C, il y a le B to B, le Marketing… Oui, ça fait très (trop ?) corporate. Son petit-ami n’est pas fan de l’organisme qu’il voit comme très pyramidale mais elle-même me dit avoir beaucoup bénéficié de l’AIESEC et qu’elle est devenue une personne qu’elle n’aurait jamais pensé être, en prenant le leadership de son équipe. Aujourd’hui elle se présente à la présidence et je croise les doigts pour elle !

Merci Ana !

Anastasia, AIESEC
Anastasia, AIESEC

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow Me!